logo aviron franceLogo Creps des pays de la loireComme lors de la précédente olympiade, le CREPS des Pays de la Loire a signé une convention avec la Fédération Française d’Aviron sur les aspects recherche et analyse de la performance.

Les premières sessions de mesures mécaniques pour cette olympiade avec les équipes de France ont désormais commencé. Ces actions sont réalisées dans le cadre de la Mission d’Aide à la Performance (MAP) de la FFA créée en 2012 et dont le responsable était Alexis Besançon. Cette mission a été reconduite pour l’olympiade 2017-2020 avec comme responsable Hugo Maciejewski.


La première campagne de mesures s’est déroulée sur le Championnat de France bateaux courts du 14 au 16 avril à Cazaubon (Gers) sur laquelle trois skiffs féminins ont été instrumentés sur la tête de rivière.
La deuxième sur le stage d’entraînement qui s’est déroulé du 24 avril au 05 mai.

La particularité de ce stage est qu’il y a des parcours chronométrés (2000m). Depuis que les mesures de puissance sont interdites sur les régates internationales, c’est une opportunité pour les entraineurs d’avoir des données et des repères en course. Les mesures sur des séquences d’entrainement se focalisent principalement sur la technique alors que sur des parcours, on a aussi des informations sur la tactique et la stratégie de course pour l’équipage mais aussi des indications sur la gestion de la course pour chacun des rameurs avec par exemple les évolutions de l’amplitude angulaire ou de la puissance moyenne.
Lors de ce stage, quatre bateaux ont été instrumentés dont trois qui ont été mesurés sur les parcours. Voici quelques propos des deux chefs des Equipes de France et des entraineurs sur leur vision et leur utilisation de ces mesures embarquées.

Christine Gossé, Cheffe des Equipes de France Femme et responsable du Pôle France à l’INSEPChristine Gossé, Cheffe des Equipes de France Femme et responsable du Pôle France à l’INSEP

« Ces mesures mécaniques permettent aux cadres et rameuses d’objectiver la qualité technique de l’équipage testé. Au-delà des sensations et de l’œil du technicien, ces données contribuent à conforter le travail de chacun. Tous gagnent en confiance sur la route à suivre. »








Alexis Besançon, Chef des Equipes de France Homme et entraineur du 2XHPL champion olympiqueAlexis Besançon, Chef des Equipes de France Homme et entraineur du 2XHPL champion olympique



« Les mesures biomécaniques à cette période ont été un atout dans la conquête du titre olympique du double. Jérôme Déchamp a aussi beaucoup travaillé avec Sophie Barré pour affiner la préparation du quatre sans barreur poids léger médaillé de bronze à Rio.

Cette année encore, les mesures ont permis d’affiner l’installation de Jérémie et Pierre, de valider leurs progrès et de conforter des axes de travail et des intentions techniques. »



Samuel Barathay, entraineur national en charge du secteur homme en pointe et plus particulièrement du 2-HTC et du 2-HPLSamuel Barathay, entraineur national en charge du secteur homme en pointe et plus particulièrement du 2-HTC et du 2-HPL



 « Les mesures effectuées lors de ce stage

à la fois lors de séances d’entrainement et durant des parcours en opposition sont un réel atout en ce début de saison de compétition. Elles permettent :
• de valider les réglages et l’installation des rameurs,
• de connaître de manière objective le comportement des rameurs en course (amplitude, force, …),
• de confirmer, ou pas, l’observation (suivi bateau, et vidéo),
• de se donner des axes de travail pour la suite de la saison. »

Didier  Lereboulet,  entraineur  national  en  charge  du  secteur  homme  en  pointe et  plus particulièrement du 4-HTCDidier Lereboulet, entraineur national en charge du secteur homme en pointe et plus particulièrement du 4-HTC

 « Cette année 2017 marque le début d’une nouvelle olympiade. Celle-ci est marquée par une transition générationnelle, organisationnelle et règlementaire. En effet, plusieurs rameurs du groupe
France, déjà multi médaillés aux championnats d’Europe, du monde et aux Jeux Olympiques, ont décidé d’arrêter leurs carrières. Par ailleurs, la modification du programme olympique (suppression du quatre sans barreur homme poids léger) a pour impact une redistribution des forces en présence entre le groupe poids léger et le groupe toutes catégories.
Cette première série de mesure lors du
stage d’avril m’a donc permis de faire un état des lieux des « signatures » biomécaniques de chaque rameur pouvant potentiellement ramer dans le quatre sans barreur toute catégorie cette saison :
• profil de la courbe de force,
• amplitude à l’entraînement et sur des accélérations,
• qualité de la précision lors des inversions avant et arrière,
• positionnement du pic de force de chaque rameur,
• réglage du cale-pied pour un positionnement idéal dans l’embarcation,
• quantification de la puissance fournie par chaque rameur en bateau.
L’ensemble de ces éléments me permet d’objectiver des pistes de travail qui seront mis en place lors des prochains regroupements ayant pour but de « faire un quand on est quatre ».


Maxime Goisset, entraineur national en charge du secteur femme poids léger (2XFPL)Maxime Goisset, entraineur national en charge du secteur femme poids léger (2XFPL)

 « Un bref retour sur ma première utilisation du bateau en configuration course. Tout d'abord l'usage du bateau labo est venu confirmer les observations techniques que nous avions pu faire. Le double PL femmes est un bateau qui a une très bonne amplitude (environ 105 degrés de balayage), d'autre part la montée de force est brève avec des niveaux de force importants.

Cela nous a également permis d'ajuster un petit peu les réglages de barres de pieds, afin d'homogénéiser les amplitudes sur le secteur avant. Ce système nous a également permis de pointer du doigt une baisse significative de l'amplitude en fin de parcours, ce qui avait pour conséquence une augmentation de la cadence pour tenter de résister à la diminution de vitesse.

Je retiens que c'est un excellent outil pédagogique permettant de mettre en avant les forces et faiblesses de chacun. Nous pouvons ainsi objectiver les progrès de chacun au cours d'une saison. »

CREPS des Pays de la Loire
Place Gabriel Trarieux CS 21925
44319 Nantes CEDEX 3
Tél : 02 28 23 69 23

Nous contacter

 



Newsletter

Tenez-vous informé de l'actualité du CREPS